Forum RPG-yaoi/ fantastique NC-18
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Comme chiens et chats ( PV Alice )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 21/12/2009

Feuille de personnage
Poids:
Armes:
Taille:

MessageSujet: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Lun 16 Aoû - 19:00

Draik profitait d’une soirée tranquille. Avachie sur son canapé, devant une émissions de musique à lire « âmes perdues » de Poppy Z.Brite. On se faisait tellement chier dans se manoir qu’il était obligé de piquer les vieux bouquins de feu son partenaire.
Putin il fallait dire quelque choses au chef pour qu’il face quelque chose.
A se train là le manoir va être déserté et ses occupants vont partir à la recherche d’amusement aux quatre coins du monde.
Comme le jeunes héritiers l’à fait pendant plusieurs siècle. Il a parcourut le monde.
Pas entiers ça ne serais pas drôle sinon, ils e réserve quelques pays pour plus tard histoire d’avoir quelques surprises et découverte dans son ennuyante immortalité.
Le japon, l’Angleterre, La Russie, L’Allemagne, le France il avait visité les endroit les plus connut du globe se laissant les moins connut pour la suite.

Son livre se lisait vite, le style de l’auteur lui plaisait et les mots glissaient sous les yeux et dans l’esprit telle une douce mélodie glisse à nos oreilles.
Pour le moment il avait une préférences pour Zillah, son caractère lui plaisait ,l’image qu’il en avait également. Molochaï et Twing était trop fougueux ils lui rappelaient les jeunes vampires franchement mordus des enfants incapables de se débrouiller seul.
Il y avait ensuite Nothing ou Jason comme l’appelais sa famille et autres mortels.
Puis Christian sans trop s’avoir l’expliquer ses trois persos lui étaient sympathiques.
Il souriait à chaque foies qu’il lisait les descriptions des lieux, le champs lexical état crasseux, sales ça l’amusait.

Alors qu’il dévorait torse nu juste vêtus d’un boxer noir dépassant de son pantalon de toile noire se livre un malotru interrompis sa lecture en martelant sa porte de coup de point.
Draik aurait presque eu envie de monter le son de la télé pour qu’elle crache les notes Within temptation- Dangerous Mind mais s’abstenu.
Il éteignit le téléviseur, se leva, posa le bouquin sur le canapé et se dirigeât vers la porte.
C’était un serviteur, un esclave qui osait le déranger. Il lui fit bien comprendre qu’il n’était pas d’humeurs et qu’il avait intérêt à faire vite. Le gamin prit peur et se mit à beguailler.

- euh …B…Bonjours …Monsieur cé…céres …

- oui Bonjour. Qu’est ce que tu me veux ?

Son ton était froid et mauvais. Il était agacé de un parce que cet abrutit indescit l’avait dérangé, de deux c’était qu’un sale petit con, deux trois il n’était pas foutus de parler correctement et ça l’exaspérait. Il avait reçut une éducation non ? autant s’en servir merde !

- euh …vous avez été désigné pour …accueillir une nouvelle venue au manoir ….

- Quoi ? Putin il ne pouvait pas choisir quelqu’un d’autre ?


- C’est que …les autres sont pris …

- Etre occupé à se faire défoncer le cul j’appelle pas çà être pris ! bon … je descend.

Il lui claqua la porte au nez, se dirigeât vers son armoire et choisit des vêtements.
Un t-shirt noir moulant son torse musclé avec des dessins argenté et des écritures.
Des docs marteens et quelques bijoux, du noir sur ses yeux, une coup de peigne et voilà.
Draik déambulât dans les couloirs et arriva à l’entrée ou était la nouvelle venue.
Elle le répugnât aux premiers regard non par son visage ou son style mais il comprit que c’était une nouvelle né, il les détestait trop imprudent, avide de sang, idiots.

Il soupira s’approche de la jeune femme et se présentât à elle :

- bonjour, je me présente Draik céres. Je suis chargé de vous introduire en ces lieux.

Si seulement il savait que cette jeune fille n’était autre que sa cousine et que c’était pour cette raison qu’il avait assigné à la tache de lui faire visiter le bâtiments.
Mais c’est encor plus drôle si il n’est point au courant non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Jeu 19 Aoû - 8:04

Alice marchait seule dans les ruelles de New York. Il y a quelque jours on lui avait donné une adresse, un truc pas très compliqué à trouvé apparemment, mais de nuit et ne connaissant pas la ville, la tache c'était avéré être plus compliqué que prévu.
Vetue d'un spencer noir sans manche porté seul, laissant aparaitre ses sous-vetements orné de detelles et d'un jean moulant noir recouvert de bottes a talons sur la fin, Alice se fondée plutot bien dans la masse du monde de la nuit.
Au detour d'une ruelle, elle s'arreta et decida de sortir le bout de papier sur lequel elle avait noté les directions a prendre pour trouvé le batiment que l'on lui avait indiqué. Alice avait un sens de l'orientation plus que déplorable, pour illustré ca : elle se trouvé dans une ruelle en pleine ville alors qu'elle etait sensée chercher une batisse de type ancienne..... Remarquant (enfin) qu'elle était partie dans la mauvaise direction, elle fit demi tour. Et se retrouva nez a nez avec deux hommes. Dieu qu'ils sont moches! Les cheveux gras, une gueule d'alcolique, barbe naissance, habillé comme des sacs, bref que du bonheur...

- Hey ma jolie tu cherches de la compagnie?


Fuck non elle n'en cherchait pas et meme si c'était le cas elle aurait choisi quelque chose d'autre que ces deux puants. En temps normal elle l'est aurai tué mais ils la repugné trop, elle ne pouvait s'imaginé buvant le sang de ces deux types. Elle choisie donc de joué la carte de la politesse.

- Ecoutez, il est tard et mon copain m'attend a la maison, cherchez vous quelqu'un d'autre...

C'était completement nul mais bon , Alice n'était pas douée pour le mensonge. Sur ces mots elle marcha droit sur eux en passant sur leur droite. Mais l'un des deux hommes lui agrippa violament l'épaule et la tira en arriere .

- Ton copain? Tu tfou de notre gueule? T'as les nibs a moitié a l'air et tu te trimballe toute seule la nuit dans des ruelles? T'as plutot l'air d'etre une grosse pute qui cherche qu'a se faire tirée haha rassure toi on va te donné satisfaction! “

Le sang ne fit qu'un tour dans la tete d'Alice, elle agrippa le bras de l'homme qui se trouvait sur son épaule et l'arracha d'un coup. Il n'eu meme pas le temps de s'exclamer de douleur qu'elle avait deja planté ses crocs dans sa gorge. Le sang inondait sa bouche mais le fait que ce soit celui de ce type la repugnait, mais elle se ferai vomir apres. Elle devait d'abord en finir avec l'autre. Il avait commencé à courrir et hurlait de terreur. Elle se rua apres lui, le coinça en peut de temps et en fini d'un seul coup. Apres s'etre vidée les intestins de ce sang repugnant, elle fit disparaitre les traces et continua en direction du manoir, la bonne direction cette fois.

Elle attegnit enfin le manoir. Tu m'etonne qu'on lui est dit qu'elle ne pouvait pas le loupé. C'était facilement le plus gros manoir qu'elle est vu de toute sa vie. Elle s'en approchat et tappa a la grande porte. Un serviteur apparu et lui dit de patienté le temps qu'il aille trouvé la personne qui serai en charge de lui faire visité ce palais. Apparemment, elle était attendue, et c'était tant mieu. On la fit rentré. Le hall était plus que spacieux, mais elle n'était pas vraiment du genre a passer les environements au peigne fin. Et enfin il arriva.

Lui, elle le connaissait. Elle, il ne s'en souvenait surement pas, mais aucune importance. Elle ne l'avait jamais vraiment aimé, toujours à prendre les gens de haut. Elle ne supportait pas ca.

- Bonjour, je me présente Draik céres. Je suis chargé de vous introduire en ces lieux.

il l'avait dit dans un soupir, ça y est il commencait deja a l'énervée... Mais elle répondit tout de meme avec politesse, apres tout mieu valez ne pas declanché de conflit le premier jour de son arrivée, surtout pas avec son cousin.

- Enchantée, je suis Alice Drown . J'aimerai passé à la visite maintenant si c'est possible, je n'ai pas que ça a faire.

Elle l'avait dit séchement, comme dit plus tot elle n'avait pas l'intention de declanché un conflit, mais elle ne pouvait se comporté autrement face a Draik.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 11
Date d'inscription : 21/12/2009

Feuille de personnage
Poids:
Armes:
Taille:

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Sam 21 Aoû - 17:33

- Enchantée, je suis Alice Drown . J'aimerai passé à la visite maintenant si c'est possible, je n'ai pas que ça a faire.

Le ton qu’elle employa ne plus point. Il avait envie de lui en caloter une mais se retint, ce n’était q’une gosse, il faut garder son sang froid. Elle n’était pas veille ça se voyait comparé a Draik qui avait plus de 500 ans et qui avait vu le monde changer sous ses yeux, se mettant à mépriser de plus en plus l’humanité qui devenait de plus en plus pourrit au fil du temps.
Bref il n’était pas là pour s’engueuler avec une jeunette alors autant faire son boulot et se rembarrer à ses activités. Il la toisa de ses 1m78 et dit sèchement également.

- Tout à fait d’accord moi aussi j’ai mieux à faire que d’être en votre compagnie. Sans vouloir vous offenser.

Il lui sourit hautain. Oui il se foutait de sa gueule, c’était plus fort que lui quand on est insolent sur sa personne il est mauvais. Le transylvaniens se dirigeât vers la salle à manger.

- Bien veuillez me suivre, nous allons commencer par la salle à manger.


Il lui indiqua la porte la laissa passé puis la devancat pour lui ouvrir la porte et entra en premier. Comment ça impolie ? sachez que en bon gentleman on passe avant une femme dans une pièce au cas ou il y aurait un danger pour la protéger. Et oui on voit ceux qui ont eu une éducation ou non.

- Ici sont organisé les repas familiaux ou d’affaires, les repas sont obligatoires, si nous sommes absent seulement parce que nous trainions dans les rues des réprimandes seront encourut.


Il se retourna pour la regarder, être bien sur qu’elle comprenait.

- Je suppose que vous ne connaissez pas les règles du manoir et même des vampires en générale, étant fraîchement arrivé. C’est pourquoi je me permet de vous en citer quelques une. Pour le reste il vous suffira d’ouvrir un livre et de les apprendre.

Elle savait faire lire au moins. Il espérait pour elle. A moins qu’elle ne vienne de cette époque et sa jeunesse arriéré. Vraiment l’humanité cours a sa perte, peu être qu’un jours les être de la nuit régneront et les humains seront parqué dans des enclos tels du bétails.
Cette idée ne le fit pas sourire, au contraire il en serait déçut. Se cacher, chasser, tout le suspens qui accompagne la vie immortel, il n’y renoncerait pour rien au monde. Ca pimente un peu son éternité. Il se dirigeât vers les cuisines.

- Si je puis me permettre, vous avez qu’elle age mademoiselle ?

Les cuisines étaient vide, il n’y avait pas de dîner prévue dans les jours a venir, vint ensuite le salon avec son bar et sa véranda. Une bourgeoise toisa Alice d’un regard hautain voir méprisant, et la railla en murmurant avec son amie d’a cotés. Elle pouffèrent sans aucunes discrétion. Draik les dévisagea ses connasses n’étaient bonne qu’a frotter leurs peu de poitrine et leurs entre jambe poisseuses sur autrui dans le but de se faire sauter le plus salement possible. Dans le bas du peuple on appelle ca des putes en bourgeoisie on appelle ça des charmeuse. Putes ca leurs va mieux, Draik ne voulait pas de problème c’est pourquoi il invitât Alice a presser le pas, amis la première put…femme les interpella de son canapé.

- Et bien mon cher Draik vos goûts on baissé en matière de femme, votre compagne n’est pas très haute qualité.

Tout en le provocant elle glissa sa main dans son corsage pour se malaxer la poitrine tout en écartant les jambes comme l’inviter à la pénétrer la maintenant.
Oui ces femmes ressemblait au putes qui arpentait les rues de Londres a l’époque de jack l’éventreur. Répugnante. Il ne leurs adressa qu’une mine dégoûté sans rien leurs dire, il s’occuperait d’elle plus tard, et se dirigeât vers la bibliothèque afin de continuer la visite de son hote.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Dim 29 Aoû - 18:12

C'était officiel, Alice ne pouvais supporté Draik.Sa façon ait qu'il la traitée ainsi à cause de son jeune âge, mais s'il savait qu'elle était sa cousine, que elle et lui partagaient le même sang, peut être changerai t-il d'attidude. Au fond, elle s'en foutait, libre a lui de se montré orgueilleux, même irrespectueux envers elle. Par contre, au moment ou ses nerfs exploserons, Draik n'aura pas d'excuses et devra faire avec.

Durant la visite, elle resta deriere lui, il ne se comportait guere en gentlman, mais cela ne la surprenait pas. Elle écoutait ce qu'il disait d'une oreille seulement. Elle avait des questions à lui posé mais elle attendrai la fin de cette pseudo visite. Des questions, ooh oui elle en avait des tonnes mais seulement deux lui occupait vraiment l'esprit et à l'heure actuelle Draik était surement la personne la plus à même d'y répondre .

- Je suppose que vous ne connaissez pas les règles du manoir et même des vampires en générale, étant fraîchement arrivé. C’est pourquoi je me permet de vous en citer quelques une. Pour le reste il vous suffira d’ouvrir un livre et de les apprendre.

Cette phrase la tira de ses pensées, les règles? Qu'es qu'elle en avait a foutre. Elle ne prendrai surement pas le temps de lire un bouquin pour quelque chose d'aussi futile. Mais elle ne pris pas la peine de lui repondre, elle se contenta juste de le regardé neutrement. Draik Céres, son cousin, elle ne connaissait presque rien de lui et le peu qu'elle en savait elle le devait aux rumeurs des autres. Un pervers ce servant de son charme pour faire ce que bon lui semblait.

- Si je puis me permettre, vous avez qu’elle age mademoiselle ?

Il l'avait encore interpelé mais cette fois elle repondit, bien qu'elle sache que sa réponse n'allait changé en rien son attitude desinvolte.

- Je ne me souvient plus exactement l'année ou je suis l'on a fini ma mutation mais c'était il y a environ une centaines d'années.

Draik ne répondit pas et continua de marché. Ils passèrent dans le salon, elle remarqua tout de suite les deux grosses pouffiasse qui l'a fixé en rigolant dans leurs doubles mentons. Non, elles n'etaient pas grosses a ce point mais leur manière d'être lui rapellé deux vielles prostituées de 120 kg chacunes. Elle decida de n'y prété aucune attentions.

- Et bien mon cher Draik vos goûts on baissé en matière de femme, votre compagne n’est pas très haute qualité.

Draik ne paya nullement attention a cette pute en chaleur et continua sa route, elle par contre s'arrêta net. Elle se retourna pour ce retrouvé bien en face de la salope qui avait dit sa. Elle avait gardée ses jambes ecartés suite a l'invitation qu'elle avait lancé a Draik. Elle l'a degoutée, comment avait-elle simplement osé la traitée de “pas terrible”, car comparé a elle, elle était certainement plus que du luxe. Elle marcha rapidement vers le fauteuil de la femme et leva sa jambes et planta son talon juste entre ces cuisses. La bourgoeise emit un petit cri de surprise.

- Ecoute salope, quand t'aura autant de seins que ta de ventre u pourra parlé, en attendant je te conseille de fermé ta grande gueule de suceuse car j'ai les nerfs fragiles.

La femme la regarda avec des grands yeux. Certe la remarque d'Alice était puerile mais etant plus que énervée, elle preférai mettre les choses au clair avec des mots simple. La femme assise a coté reagit .

- De quel droit nous parlez vous de la sorte? Ne savez vous donc pas que nous appartenons a la classe superieur? Faites attention a vos paroles cela pourrai avoir des consequences. D'ailleur je me demande ce qu'une gamine comme vous fesai en compagnie de Draik.

Elle etait resté polie et sur ce point Alice repondit sur le meme ton.

- Je vous parle de la facon donc il me conviens le mieu, et vous savez très chere, ce n'est pas par plaisir que je suis en sa compagnie mais car je viens d'arrivée au manoir et que l'on a chargé mon “cousin” de me faire visité.

Elle l'avait dit dans un sourire, la mine decomposé des deux femmes était jouissant. Ces deux putes imaginaient sans doute quand manquant de respect a la cousine de Draik, celui ci ne ferai que plus les meprisé. Certes Draik ce fichait completement d'Alice mais les deux bourgeoises n'etaient nullement au courant. Sur ce elle repartit en direction de Draik, les laissants a leur surprise.

- Desolé pour l'attente, j'avais des affaires a reglés. Nous pouvons continué

Draik n'avait rien entendu et c'était temps mieu, elle préférait ne pas lui révélé leur filiation pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 11
Date d'inscription : 21/12/2009

Feuille de personnage
Poids:
Armes:
Taille:

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Ven 3 Sep - 18:32

Draik se dirigeât donc à l’autre bout du salon la ou il n’entendait plus les discutions des trois femmes. Il entrouvrit la porte qui menait a la bibliothèque et se rendant compte que son invitée avait soudain disparut, cette bonne femme s’était lancée dans une discutions apparemment animée avec les deux autres. Le jeune homme résistât à l’envie de d’aller la chopper par les cheveux et la traîner à la porte, ces deux putes n’en valait franchement pas la peine. Mais bon si cela calmait son égaux de petite adolescente prépubaire. – Et encor 100 ans on pourrait dire que c’était une gamine-. Il s’adossa contre la porte ouverte, sentant un courant d’air passer, caressant sa peau d’ivoire. En plus d’être une fraîchement mordue par le passé elle était une hybride …Mi humaine mi-vampire ça n’arrangeait pas son images aux yeux de Draik, le transylvaniens trouvait ces bâtards encor plus impudent que les nouveaux nés, lui avait tous fait pour bine éduquer ses serviteurs, évidement il avaient tous leurs caractères mais ca ne serait pas drôle si ils étaient tous aussi obéissant que Mizu, il ne pourrait pas les punirent.
Sadisme quand tu nous tiens … Un visages efféminé, rosit par la honte, un filet de sang noire coulant des fines lèvres pulpeuses, les yeux remplit d’incompréhension, de tristesse, d’amour … Draik soupira a se souvenirs , pourquoi ses démons ne le laissent-ils pas en paix ?

- Désolé pour l'attente, j'avais des affaires a régler. Nous pouvons continué

Une tête blonde le sortit de ses pensées, il la regardât sans trop la voir avec un regard inhabituelle pour ses pupilles rouges pourpres. Remord ? Hantises ? Tristesses ? personne n’aurait pu déceler se que révélaient ses deux yeux ensanglantés.
Ses paupières se refermèrent puis il se redressât et commencat à entrer tenant la lourde porte à la jeunes fille pour éviter que cette dernière ne s’écrase le nez dessus.
Quand même ca serait dommage ! tacher une si jolie porte avec du sang d’ex hybride …

- Vous n’auriez pas dut intervenir, ses deux femmes n’en valent pas la peine tous le manoir sait que se ne sont que deux catin qu’un riche héritiers du clan a ramasser et prit pour amantes. Fantasmes d’un vieux gâteux qui croit encor à la fidélité d’esprits volages…

Cela le déprima, et puis comment se lord pouvait aimer ses deux femmes ? tout en elles puait la décadences sales des sombres ruelles, le soir, entre les poubelles, des gémissements en accord avec des coup de reins puissants déchirant l’intérieur de ses femmes.
Draik pénétra dans la bibliothèque peu poussiéreuse soigneusement entretenu par le maître des lieux : raphaël. Le jeune scrutât les lieux et un eu léger sourire puis se retournât vers la jeune fille.

- Des foies que vous ne connaissiez pas ce genre d’endroit, ceci est une bibliothèque. Ici vous pourrez apprendre des choses si vous déniez ouvrir un livre avec vos jolie mains un jours. Après tout le monde est fait de miracles on peut toujours espérer.

Un sourire méprisant s’afficha sur ses lèvres piercées, c’était plus fort que lui, l’allure d’Alice lui donnait l’impression qu’elle avait passer une grande partie – voire toute- de sa vie dans le même genre de ruelles familières aux deux autres femmes ou dans une maison close.
Il méprisait les prostituées, elles étaient sales, se faisaient avorter tous les deux ans car ses connes ne connaissent pas la pilules, 2 $ en moins ça va pas les tuer bordel, elles auront encor assez pour s’acheter leurs doses ! Et pour les pauvres petites filles qui doivent payer la bouffe de leurs marmots – on en revient au connes qui ne connaissent pas la contraception …- ou qui doivent payer leurs études putin il y a d’autres moyens que d’écarter les cuisses pour se faire fric, tu ravales ta fierté et va habiter chez papa maman, trouve un boulot ou quelques un t’arrange pour réussir à avoir des heures pour réviser, et voilà ! Faux pas être Einstein pour deviner ca bordel !
Evidement Draik ne savait pas se qu’était le monde de la rue, il parlait en fils de bourge, fils à papa et il assumait, pour rien au monde il n’aurait donné sa place à une des ses crades prostituées. C’était un salaud et il l’assumait.

- Sinon il y a un coin informatique, vous devez déjà mieux connaître.

Il lui tourna le dos et sortit des lieux pour se retrouver de nouveau dans le hall.
Il regardât le long et imposant escalier attendant que mademoiselle daigne amener son cul dans la pièce. Ils e tourna vers Alice et lui adressât un sourire.

- Maintenant nous allons passer à l’étage suppérieur, et ceux jusqu’à l’étage ou se trouve votre chambre, ceux plus haut sont les chambres des aînées et du chef ainsi que le greniers, lieux interdits aux simples habitants du manoir.

Sur ses paroles il commencat à gravir les marches, suivit de sa chère cousine.
Il avait envi de la taquiner et de jouer avec elle, et ceux par tous les moyens.

_________________



" Si tu n'es pas avec moi alors tu es contre moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Jeu 30 Sep - 17:08

Alice en avait fini avec ces deux vielles putes, elle rejoingnit donc Draik qui l'attendait patiemment, ce qui étonnât un peu la jeune fille. Il mit un temps avant de ce rendre compte qu'elle était de retour, et ses yeux perdus dans le vague avaient une expression qu'elle ne pouvait interprété.

- Vous n’auriez pas dut intervenir, ses deux femmes n’en valent pas la peine tous le manoir sait que se ne sont que deux catin qu’un riche héritiers du clan a ramasser et prit pour amantes. Fantasmes d’un vieux gâteux qui croit encor à la fidélité d’esprits volages…

Oh oui elles savaient bien que ces deux femmes n'ètaient pas nées bourgeoises, elles degagaient la même chose qu'elle et bien que Draik eu dit qu'elles n'en valaient pas la peine, Si a l'avenir elles se fesaient encore remarqué aupres d'Alice, elle ne serai pas aussi indulgeante.
Vint ensuite la visite de la bibliotheque, Alice passa l'endroit en revut tres rapidement, elle n'etait guere interessée par les livres.

- Des foies que vous ne connaissiez pas ce genre d’endroit, ceci est une bibliothèque. Ici vous pourrez apprendre des choses si vous déniez ouvrir un livre avec vos jolie mains un jours. Après tout le monde est fait de miracles on peut toujours espérer.

Et le revoila encore avec ses sarcasmes. Alice avait remarqué que la façon dont il lui parlé ou la regardé laissait paraître qu'il savait d'où elle venait. Du moin peut être s'en doutait-il. Alice n'avait pas honte de ce qu'elle avait fait. Elle l'avait fait pour survivre, pour échappé aux régles. Bien que née riche, elle avait su ce debrouillé toute seule et c'est ce qui fesait une partie de sa force. Qu'elle dégoute Draik ou pas, elle s'en fichait.
Draik quitta la piece. Elle avait tellement de questions à lui posé...

- Maintenant nous allons passer à l’étage suppérieur, et ceux jusqu’à l’étage ou se trouve votre chambre, ceux plus haut sont les chambres des aînées et du chef ainsi que le greniers, lieux interdits aux simples habitants du manoir.

ll commença à gravir les marches de l'escalier, elle le rejoignit, passa devant lui et s'arrêta en lui fesant face.

- Si vous me le permettez, j'aimerai vous posez une question.

Elle n'attendit pas l'approbation de Draik, et même si le moment n'était pas vraiment opportun, elle ne pouvait attendre.

- Pouvez vous me parler de votre mère ? Et bien que cette question puisse vous paraître étrange, je vous pris, s'il vous plait, d'y repondre.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 11
Date d'inscription : 21/12/2009

Feuille de personnage
Poids:
Armes:
Taille:

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice ) Mer 13 Oct - 17:54

Draik faisait visiter le manoir à sa cousine sauf que ce dernier ignoré le lien de parenté qui l"unissait à la jeune fille. Ils allaient entamer la visite du deuxième étage lorsque la blonde vint lui couper le passage en plein milieu de l'escalier. Qu'est ce qui lui prenait à celle-là ?
Le visage de Céres se figea. Lui parler de sa mère ? Et sous qu'elle prétexte ? elle était bien culottée celle-là ! Un de ses sourcils se harquat, il toisa l'ex catin puis sortit avec un ton méprisant comme à l'habitude

- Et pourquoi ferais-je cela ? En quoi la vie de ma génitrice vous regarde-elle ?


Il la regardât, la fixant dans les yeux gardant son air supérieur malgré qu'il soit quelques marches en dessous d'Alice. Ses lèvres s'étirèrent moqueur, elle était curieuse ? OKay il allait satisfaire sa curiosité.

- Elle était une originelle venant d'Amérique.


Il cherchât son paquet, se sortit une clope, l'ouvrit et s'alluma une malboro, la flamme produit par son zippo illumina son visage d'albâtre, pure dissimulant sa sombre nature. la flamme fit étinceler ses yeux rouges sangs tels des rubis. Il souffla la fumée lentement et repris :

- elle y a rencontrée mob père un originel également mais transylvaniens. Et comme dans les films écœurant Américain ils tombèrent amoureux, se fiancèrent. le compte Céres était cotés c'était un mariage bénéfique pour la famille maternelle. Ils s'installèrent en transylvanie, vécurent heureux, forniquèrent et vivant dans la luxure jusqu'à l'accouchement ou cette salope creva on ne sait comment.


Une foie son récit terminé il repportat sonr egard sur la jeune fille eu un sourire en coin hautain et moqueur.

- Pour moi Éleonor n'était qu'une pute qui à été vendu par sa famille de bouseux à mon père. Je suis bien heureux qu'elle soit morte, elle était inutile elle n'a servit qu'a détruire la vie de quelqu'un qui m'est chère !

On l'avait accusé de sa mort, on l'avait regné, on l'avait trainé dans la boue se pauvre petit si faible et si fragile. Rien que d'y penser Draik s'aggacait. Il n'appelait pas sa mère " mère " ou encore "maman" il la destestait, il n'avait pas de mère juste une femme qui 'lavait porté et mit au monde ! Il contournât la jeune fille et gravit quelques marches.

- Votre curiosité est-elle satisfaite ma chère Alice ? Que voulez savoir à présent ? Comment j'encule mes amants ? Comment je prend mes maitresses ? Combien je paye pour louer les service d'une pute telle que vous ?

Il se stoppa et se retourna pour la regarder un sourire malsain étirait ses lèvres. Échange de bons procèdes comme disait hannibal a Clarris Starling. Il tira une latte, souffla la fumée et garda coincé entre ses lèvres sa cigarette.

- Je vous ai répondu à votre tours ma chère. Vous aimez ca vous faire prendre dans la rue par de gros pervers imbibé d'alcool ? Quel effet ca vous faisait de n'être qu'une bâtarde avec sang d'humain en elle ? Une faible petite hybride ?

Il sourit cruel,provoquant. Il aimait titiller la petite bète et ceux avec n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Comme chiens et chats ( PV Alice )

Revenir en haut Aller en bas

Comme chiens et chats ( PV Alice )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CANDY X BICHONNE 3 ANS ASSO CHIENS ET CHATS DETRESSE 59
» [Jour 6] Comme chiens et chats
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
pasiunea immortalis :: Hors Rp :: archives provisoires-